Aller sur le terrain: le bénévolat comme manière d’apprentissage

Aujourd’hui j’ai reçu un mail d’une étudiante en design qui, après avoir lu mon article sur Lesvos, souhaitait en savoir plus: “on nous demande toujours d’aller sur le terrain pour notre veille mais au final on y passe deux heures, on va sur internet et ça n’est pas un réel contact avec l’usager ou la cible”.

Début octobre, j’étais à l’école The SDS, à Nice, pour présenter aux étudiant·e·s mon expérience internationale: promouvoir l’Erasmus et les échanges internationaux mais également parler de mon expérience de bénévolat qui s’est transformé en travail dans l’humanitaire. En tant que designer je me suis amusé à redéfinir le sujet et présenter une liste de règles, tirées de mon parcours, qui pourraient être utiles aux étudiant·e·s actuel·le·s. Je vais essayer de développer cela dans cet article.

Mike Monteiro – être un designer

Pour faire ces quelques règles je me suis inspiré de Mike Monteiro et de sa conférence déjà présentée dans cet article. Au-delà de ses propositions, j’aime son caractère tranchant couplé à une certaine bienveillance.

 

Sans rentrer dans les détails de cette liste on remarque deux thèmes:
 

– Les designers ne doivent pas se laisser faire. Pour cela ils doivent connaître leur métier, leurs utilisateurs et savoir argumenter.

– Les designers doivent savoir travailler en groupe: comprendre, échanger, partager, accepter, défendre.

L’idée que j’en ressorts en présentant cette slide est que les étudiant·e·s en design doivent être beaucoup plus proactif·ve·s.
Si l’école est là pour enseigner le design, l’école ne peux pas tout enseigner: le travail en entreprise, en freelance, l’aspect administratif, financier, stratégique, le développement d’une carrière et, le sujet du jour, le travail de terrain (liste probablement non-exhaustive) sont des sujets trop peu développés dans les salles de classe.

Être un designer étudiant à l’étranger

Cette liste a été faites spécialement pour la présentation. Elle n’a pas prétention à représenter une recherche quelconque. L’idée principale qui en ressort pourrait être “comment profiter au maximum de son expérience à l’étranger? “.

1. L’age n’a pas d’importance

Quand j’étais étudiant, je me rappelle des premiers cv et lettres de motivations: “designer de 19 ans, …”. Soyons clair, cela n’a aucune importance. Point. Vous ne verrez pas un senior designer dire “designer de 54 ans, …”. Montrez votre professionnalisme en évitant ce genre de détails. Quand on est à l’étranger on doit souvent se présenter, changez sur des sujets plus intéressants que votre age.

2. Soyez proactif·ve, optimiste et prêt·e à dire oui

La motivation n’est pas seulement nécessaire pour soi-même mais également pour les autres. Si on sait que vous êtes une personne toujours motivé·e alors on viendra plus facilement vous voir pour proposer une idée ou un projet. De plus vous serez plus facilement au bon endroit au bon moment.

Je raconte peu d’histoires mais j’aime bien celle-ci: lorsque j’étais jeune, je jouais aux cartes avec mes grands-parents. Parfois je gagnais et j’étais content, parfois je perdais et je devenais triste; mais à chaque fois que je jouais j’avais l’impression d’être soit super-chanceux soit extrêmement malchanceux… comme si le “dieu des cartes” était avec moi ou contre moi.
Un jour j’ai fait un test: même en ayant de mauvaises cartes je resterai joyeux et reconnaissant d’avoir ces mauvaises cartes. Ce fût un succès. J’étais capable de perdre beaucoup moins souvent et parvenais même à gagner avec des cartes moyennes. Ce que j’avais réalisé à ce moment là c’est qu’il n’y a pas de dieu des cartes… c’est simplement une question de comportement: lorsque l’on est joyeux et optimiste, on est prêt à voir des opportunités; restez pessimiste et vous raterez toutes ces opportunités. La chance n’est pas due au hasard, c’est l’optimisme qui amène la chance (la conclusion est généralement la suivante: ne jouez pas aux cartes avec moi).

Cela m’a fait penser à cette vidéo:

https://www.youtube.com/watch?v=VqEK2vhs4w8

3. L’école est là pour vous aider, faites les travailler

Vous êtes motivé·e? Montrez votre motivation à l’administration. Allez les voir une fois par semaine s’il le faut, qu’ils apprennent à vous connaître et comprennent votre réelle motivation. Ces gens voient des étudiant·e·s tout les jours, alors démarquez-vous. C’est seulement de cette manière que vous recevrez une vrai aide personnalisée. Tellement d’étudiant·e·s de mon master sont passé·e·s à coté d’un Erasmus par manque de consistance auprès de l’administration car oui c’est bien à vous de faire le premier pas et comprendre le potentiel de votre école.

L’école est l’endroit idéal: les échanges à l’international, l’Erasmus, les stages, les workshops avec des entreprises, les voyages, les visites, les professeurs, les césures, … toutes ces activités et ces personnes sont de potentielles opportunités pour vous développer.

4. Construisez une liste d’opportunités

Après mon Master j’avais en tête différentes voies: stage, bénévolat, freelance, doctorat, contrat VIE, et ce dans différents pays d’Europe. Avoir cette liste en tête m’a permis de saisir des opportunités au moment même où elle se présentaient (et avant que quiconque ne puisse les saisir).

Avoir quelques idées en tête c’est aussi s’être renseigné sur le niveau de vie dans un pays, les valeurs d’une entreprise, le profil des employé·e·s sur Linkedin, … être préparé tout en restant flexible pour pouvoir dire “oui” au bon moment.

Quand j’ai fait mon Master2, c’était sur un “coup de chance”. J’ai participé à un concours à la dernière minute et j’ai reçu la bourse d’étude. Ca c’est la version courte. La version longue dirait entre autre que je connaissais déjà l’école, que je l’avais en tête depuis longtemps même si j’en n’avais jamais parlé. J’avais même déjà vu le concours avant mais ne pensais pas pouvoir gagner. C’est une tournure négative des évènements ainsi qu’un orgueil d’optimisme qui m’ont poussé à candidater.

5. Apprenez et tirez-en des conclusions

Gagnez en maturité: après chaque expérience essayez de voir comment cela vous a influencé sur votre vision du design? Ayez conscience de ce que vous apprenez pour pouvoir observer votre progression.

Par exemple après avoir fait mon premier stage dans une grande entreprise, je me suis rendu compte que le monde de l’Entreprise ne connaissaient rien au design. Du coup j’ai fait un Master 2 en stratégie du design. Puis durant ce Master2, je me suis rendu compte du manque de prise de position des agences de design, face à leurs clients, concernant l’environnement et le social. Du coup j’ai créé Opoiesis et décidé de faire du bénévolat pour développer mes connaissances de terrains et mes valeurs afin de faire valoir des idées radicalement -au sens strictement- positives. De fil en aiguille j’aperçois un parcours et des idées qui me reflètent et m’aident à définir mon futur.

6. Vous n’êtes pas unique

Avec la verve de Mike Monteiro, l’unicité que j’essaie de faire valoir avec cette règle se situe au niveau de l’expérience professionnelle (et non pas de l’individu). Je m’explique, vous avez beau avoir vécu une expérience unique en Erasmus par rapport à vos camarades qui sont resté·e·s à la maison, il n’en reste pas moins que l’employeur, sur le marché du travail, va recevoir une multitude de CV avec la mention “Erasmus”… et pour cette personne la destination n’aura que très peu d’importance.

C’est la manière dont vous allez raconter cette expérience qui la rendra unique.

7. Prenez des notes, des photos et -surtout- des mesures

Il y a deux manières de présenter ses travaux. La première c’est au travers de son portfolio et son CV. Prenez des notes et des photos pour pouvoir documenter et présenter vos projets. Mais c’est la deuxième manière qui est peut-être la règle la plus importante de cet article: mesurez votre travail et l’impact de vos projets.

Exemple

Durant mon bénévolat j’ai fait cette carte regroupant toutes les ONGs présentes sur l’île:

 

Accéder à la carte sur Opoiesis

Imaginez que je mette cette carte sur mon portfolio avec un petit texte explicatif que personne ne lis. Un employeur ne verra que l’aspect graphique du projet. Il pourra critiquer ou encenser la disposition des cases, les couleurs choisies, le nombre de cases. Il pourra même critiquer le travail: “c’est illisible”, “je n’aime pas”. Maintenant ajoutez à cette carte ceci: “carte recensant plus de 115 services et ONGs à Lesvos et ayant reçu +6600 vues, +600 téléchargements et 30 partages en 7 jours. Sur les 44 commentaires, seulement 4 commentaires pour corriger/ajouter de l’information”.

En 5 mesures, vous venez de montrer que vous êtes un travailleur de terrain, minutieux et efficace, que les gens ont apprécié votre travail, qu’il y a eu un impact, que vous avez su trouver le bon moyen de communication et donc que vous avez compris et résolu à votre manière un problème important en ayant une vision globale d’un problème en apparence complexe. Plus important encore vous venez de montrer l’intérêt du design auprès de n’importe quelle personne non-initiée au design.

En mesurant votre travail vous lui donnez de la valeur.

8. Amusez-vous, voyagez et découvrez

Car cela reste le principal. Développez une certaine curiosité de l’environnement et des gens qui vous entourent.

9. Trouvez LE sujet qui vous empêche de dormir

Ces dernières règles sont plus tournées vers le bénévolat.

On aime dire des designers qu’ils sont des “creative problem solvers” mais il y a une immensité de problèmes à résoudre sur cette planète. La solution n’est pas de tout prendre à bras le corps, au contraire.

Un conseil

Relisez les 17 Sustainable Development Goals et trouvez le problème qui vous tient à cœur et vous empêche de dormir/vous motive à agir. Pour certain·e·s ce sera les réfugié·e·s, pour d’autres ce sera les sans abris, pour d’autres l’environnement, … Regardez l’actualité récente pleine de sujets révoltants, lequel de ces sujets vous énerve le plus? C’est celui-là.

Une fois le sujet définit, choisissez l’endroit (le pays, la ville, le quartier) et cherchez une ONG, une asso, un groupe de gens ayant cette même vision. Trouvé? Alors agissez! Devenez acteur·ice et essayez d’apporter du changement. Votre vision des choses et vos capacités en tant que designer pourrait apporter ces améliorations tant espérées par ces personnes. En choisissant LE sujet qui vous tient à cœur cela apportera en vous un grain de motivation supplémentaire qui fera toute la différence.

L’activisme deviendra un véritable atout, bien plus important que l’Erasmus de votre ami·e. Et c’est là que se trouve la principale différence entre les activités scolaires et le bénévolat: l’école vous fait faire “de la recherche de terrain”, tel un outil de designer servant à récolter des feedbacks ou observer des comportements; tandis que le bénévolat va complètement changer votre manière de voir les choses en tant qu’être humain. En retour, votre maturité s’en trouvera grandit et se retranscrira dans vos projets, vos valeurs et votre argumentaire.

10. Cultivez vos valeurs et vos arguments – Les designers argumentent

En participant à des projets qui vous tiennent à cœurs vous développez un réseau dans le domaine qui vous plaît, vous lisez des articles et êtes à jour des évènements récents, vous développez un esprit critique -en essayant de rester objectif- et devenez actif·ve au sein d’une communauté. Vous rencontrez des gens, apprenez de leurs vies, de leurs problèmes, vous vous attachez émotionnellement et cela se verra dans vos arguments, vos présentations, vos réalisations; parce que cela signifiera beaucoup de choses pour vous. Cela deviendra une évidence. Je ne pourrais pas défendre de la même manière un discours pro-réfugié si je n’avais pas vécu tout ces moments émotionnellement chargées à Lesvos. C’est impossible.

“Le design, s’il veut assumer ses responsabilités écologiques et sociales, doit être révolutionnaire et radical. Il doit revendiquer pour lui le principe du moindre effort de la nature, faire le plus avec le moins”.

Viktor Papanek

Si beaucoup de monde, en tant que citoyens, sont prêt·e·s à agir pour un monde meilleur mais que ces valeurs s’évanouissent dès qu’ils·elles retournent au travail (“car au final il faut payer le loyer”) alors l’impact sera forcément nul une fois mis dans la balance. Si vous souhaitez réellement améliorer les choses alors il faut que cela se fasse également dans votre travail pour avoir ce que j’appelle un impact positif radical.
Si c’est ce que vous souhaitez alors le bénévolat peut ancrer certaines valeurs au plus profond de vous. Ces valeurs et cette attitude qui en ressortira vous aideront à argumenter et à faire bouger des montagnes, même dans votre travail.
Alors passez le cap, si vous avez un peu de temps je vous conseille de passer au moins un mois. Mais j’essaierai de donner quelques conseils sur comment trouver et démarrer son bénévolat dans un prochain article.
 

Le design éthique radical

“Design éthique radical”, voilà trois mots riches de sens qui mis bout à bout donne un sujet très intéressant qui se développe de plus en plus dans notre société. Il m’apparait cependant difficile de donner un point de vue personnel sur ce sujet complexe qui manque encore de repères. Du coup je commencerai cet article en présentant des acteurs qui participent ou participaient à la démocratisation du design éthique. De cette manière vous pourrez vous faire votre propre idée sur le sujet et je reviendrai prochainement pour développer le fond de ma pensée

Dieter Rams – Les principes du bon design

Dieter Rams

Je commence avec un designer célèbre pour ses dix principes qui concernent principalement le design produit. Cette liste créée dans les années 70 est connu et bien qu’elle ne concerne pas directement le design éthique elle apporte une notion “d’honnêteté envers l’utilisateur” que l’on pourrait rapprocher de notre sujet du jour. Pour ceux qui ne connaitraient pas la liste, la voici:

  • Le bon design est innovant.
  • Le bon design rend un produit utile.
  • Le bon design est esthétique.
  • Le bon design rend un produit compréhensible.
  • Le bon design est discret.
  • Le bon design est honnête.
  • Le bon design est durable.
  • Le bon design est approfondi, jusque dans les moindres détails.
  • Le bon design est respectueux de son environnement.
  • Le bon design est le minimum de design possible.

Victor Papanek – Design pour un monde réel

Victor Papanek

De la même époque que Dieter Rams, Victor Papanek est peut-être légèrement moins connu dans les pays francophones mais ses travaux et ses idées sont pourtant précurseurs dans le monde du design. Son livre écrit en 1971 nous parle de sujets plus vivants que jamais: environnement, social, obsolescence, militantisme, design honnête, biomimétisme, … un livre à lire et à relire.

“Le design, s’il veut assumer ses responsabilités écologiques et sociales, doit être révolutionnaire et radical. Il doit revendiquer pour lui le principe du moindre effort de la nature, faire le plus avec le moins”.

« Le design ne serait en aucun cas être un job ; c’est une façon de regarder le monde et de le transformer.”

Aral Balkan – Cyborg rights activist

Plus récent, Aral Balkan est un activiste déterminé, son combat? Redonner le pouvoir aux citoyens face à ces technologies remplies de datas. Pour cela il a créé, entre autres, un schéma du design éthique pour le numérique.

design éthique aral balkanCe schéma ainsi que sa vision est expliqué dans cette courte vidéo à suivre mais vous pouvez également accéder à ses conférences ici et ici, très intéressantes:

Geoffrey Dorne – Design & Human

Geoffrey Dorme

Geoffrey Dorne est un designer graphique reconnu en France, il est notamment le créateur du blog graphism.fr, qui évolue de manière naturelle au gré de ses découvertes. Sa société Design & Human est quant à elle un exemple de design éthique radical. Je vous conseille d’aller faire un tour sur la page “About” ainsi que découvrir ses projets et conférences. Voici la liste de ses principes:

  • Tout acte de design est un acte de sens, d’intentions.
  • La forme produite est la résultante de ce sens.
  • L’innovation n’est pas technologique, elle est sociale.
  • Le design est un métier de responsabilités et d’éthique.
  • Un produit doit être compris par son utilisateur, non l’inverse.
  • Le design ne peut être source de plaisir et d’humanité que s’il est libre et fondé sur la véracité.
  • Le design est à l’attention de chacun alors qu’il s’adresse à tous.
  • Le designer doit orienter son travail, doit refuser certaines choses.
  • Ce n’est pas parce que c’est technologiquement possible qu’il faut humainement le faire.
  • Le design est centré sur l’humain avant d’être centré sur le produit.

Mike Monteiro – designer de caractère

Mike Monteiro est une de ces personnes qui dit ce qu’il pense et heureusement pour nous le design et l’éthique sont deux de ses sujets favoris. Je vous laisse découvrir sa conférence (à partir de 34min) ainsi qu’un article plus orienté sur l’éthique et traduit sur graphism.fr:

Leyla Acaroglou – pensée systémique et changement par le design

Leyla Acaroglou

Leyla Acaroglou est une provocatrice qui essaie de changer le “statuquo”. Designer et sociologiste, elle a créé la méthode de design disruptif qui, au-delà du “buzzword”, est une méthode qui apporte une vision systémique pour aider à créer des solutions qui ne seront plus les problèmes de demain. Ses livres sont également intéressants de par son approche à l’humain: biais cognitifs, neurochimie (hormones), cerveaux, comportements sociaux, interrelations … Conférencière, sa vidéo la plus connue nous invite à repenser le folklore environnemental avec une simple question: “Le papier est-il mieux que le plastique?“. Si l’environnement et la vision systémique semble être ses sujets de prédilections, l’éthique apparait néanmoint lors de conférences ou d’articles.

Ne pas participer au débat est tout autant un accord implicite pour maintenir le statu quo.

James Auger – designer critique et spéculatif

James Auger

Au travers de cet article (Re-contraindre le design) j’ai découvert James Auger et ses “artefacts critiques et spéculatifs” qui nous font nous questionner sur les technologies existantes et leurs évolutions dans un futur proche. Ses projets et pensées apportent donc un point de vue particulier à l’éthique des designers (voir le documentaire en fin d’article).  Blog: Crap futures

The Greater Good Studio – soyez un optimiste enervé!

The Greater Good est un studio de design stratégique, basé à Chicago, avec un objectif clair et unique d’innovation sociale. Ils participent au développement de cette vision en collaborant avec quiconque souhaite en apprendre plus sur le sujet: leur page pinterest recense une centaines d’entreprises (la plupart américaines) ayant des valeurs similaires, la rencontre mensuelle par vidéoconférence, leur méthode pour choisir s’ils doivent ou non accepter un client (que je vous ai traduit ci-dessous) et enfin une vidéo très intéressante également ci-dessous.

The greater good studio liste

Ethics for Design – le documentaire

En 2017 a été publié ce documentaire sur l’éthique du design où 12 designers discutent de l’impact du design sur nos sociétés et sur le rôle que devraient avoir les designers concernant l’éthique du design. On retrouve notamment Geoffrey Dorne et James Auger. Vous pouvez regarder la vidéo ci-dessous ou bien aller sur la version interactive.

J’espère que cette découverte vous aspirera à agir et promis je travaille sur un article pour expliquer plus en détail mon point de vue et pourquoi le design éthique doit être radical.


Articles connexes:

Les hyppies – White Mirror #1

Dans un contexte assez particulier j’ai voulu commencer cette petite série que j’ai appelé “White mirror”. Pour les connaisseurs vous aurez bien entendu remarqué la référence à la série Black Mirror de Charlie Brooker qui a pour but de montrer les dérives inattendues (et mauvaises) que pourraient avoir les nouvelles technologies sur les êtres humains. Ainsi je commence la série White mirror: des articles (inventés) qui parleront des nouvelles technologies pour un futur optimiste ! Le but étant de partager des tendances, des visions, des idées sans visions négatives. Libre à vous de continuer l’histoire ou de faire votre critique dans les commentaires.

 

Hyppies: voyageurs et travailleurs ?

Marc et Julie sont un de ces couples qui travaillent depuis plusieurs années tout en parcourant le monde. Ils sont les précurseurs d’une communauté que l’on surnomme les “Hyppies”. Nous les interviewons lors d’un rassemblement unique au Travel Hub de Paris.

Qui sont les hyppies ?

“Le mot a été créé par les médias et vient de la contraction de hype et hippie, en référence à nos vans, mais nous sommes de simples voyageurs et gagnons notre argent en travaillant, comme vous.”

van Volkswagen autonome électrique
Le premier van autonome de Volkswagen reprenant les lignes du fameux VW combi a probablement inspiré ce surnom.
Pouvez-vous vous présenter, que faites-vous dans la vie ?”

“Ma femme, Julie, est télésecrétaire pour un cabinet médical en France. Moi je suis designer graphique pour une agence en Allemagne. En dehors de ça nous tenons un blog et organisons des évènements, comme aujourd’hui. On adore rencontrer des gens, partager nos expériences et nos spots de voyages.”

Du coup tout se fait à distance? Ce n’est pas trop difficile comme choix de vie ?

“Non pas du tout, nous travaillons avec des horaires aménagés, nous sommes en permanence connectés et nous avons beaucoup moins de frais qu’avant. Au départ, il y a eu un petit temps d’adaptation car nous n’avions plus de domicile fixe ce qui a pu poser quelques problèmes administratifs. Nous étions à la limite de la légalité. Mais maintenant avec la crypto-monnaie et le nouveau statut fiscale européen (ndlr: permets aux hyppies de payer un impôt européen avantageux sans posséder d’adresse physique) nous pouvons voyager plus sereinement en Europe. Nous avons un peu remis au goût du jour le terme gens du voyage.”

En parlant de voyage pouvez-vous nous présenter votre van ?

“Oui, nous avons fait le choix du van ACE, qui est donc 100% Autonome, Connecté et Électrique. Ce fut un achat important pour notre confort au quotidien. Comme la majorité des voitures il est autonome mais l’I.A. (ndlr: Intelligence artificielle) a été programmé spécialement pour les voyageurs. Par exemple avant d’aller nous coucher nous cherchons sur Google Earth un beau panorama dans un périmètre allant jusqu’à 200 km, programmons la destination et avons le droit, tout les matins, au réveil, à un paysage différent, c’est magique !”

mitchcox van voyage vue
Marc et Julie au Portugal le mois dernier.
Oui nous avons vu les photos sur votre compte Instagram. Une question qui revient souvent, concernant l’autonomie d’énergie, vous n’avez jamais eu de problèmes ?

“Non, pas vraiment. Le squelette externe du van capte et stock l’énergie du soleil et l’énergie cinétique du van nous offre une bonne autonomie globale même avec une utilisation intense de nos outils électroniques. Le plus embêtant reste l’eau mais l’I.A. corrige nos itinéraires en fonction de tout ces besoins. Nous sommes déjà parti en voyage sans ravitaillement pendant une semaine quand nous étions en Inde: avec une consommation minime de notre électricité et avec le système de filtre d’eaux usés, ce n’était pas si compliqué.”

GMC PAD camping car futur
Un véritable studio sur roues.
Quand est-ce que vous avez conduit pour la dernière fois ?

(Rire) “C’est assez rare finalement. Nous préférons la nature où il est facile pour le van de se garer et nous devons parfois aller dans des grandes villes où tout est automatisé. Les seuls fois où nous devons conduire c’est pour indiquer à l’I.A. une place de parking dans les petits villages qui ne sont pas automatisés. C’est vrai que du coup nous les évitons un peu plus.”

Du coup aujourd’hui, nous sommes réunis à Paris pour cet évènement que vous organisez avec le Travel Hub Paris, allez-vous dormir dans votre van ?

“Non en effet lorsque nous sommes dans des grandes villes nous varions les plaisirs. Nous sommes membres du Travel Hub ce qui nous offre déjà beaucoup de lieux où vivre à travers le monde. On peut se donner rendez-vous avec d’autres hyppies tout en sachant que nous auront le droit aux mêmes services quelque soit la ville: chambres privatives, cuisines, internet rapide, espace de coworking, architecture unique. Il suffit de voir où nous sommes actuellement (ndlr: maison du XIXème siècle aménagée sur 4 étages avec du mobilier contemporains).

Du coup ce matin nous nous sommes réveillés en dehors de la ville pour notre déjeuner, puis sur le trajet nous avons répondu aux mails, organisé le déroulé de l’évènement. Maintenant nous profitons de vous tous et ce soir nous dormirons ici, dans une des chambres disponibles, avant de repartir demain matin probablement vers la Suède.”

chambre
Une des nombreuses chambres disponibles pour ces locataires en transit.
Et bien merci d’avoir pris le temps de répondre à nos questions, nous suivrons vos aventures en ligne !

“Merci à vous, vous êtes tous les bienvenues aux Travel hubs en espérant vous croiser au fil de nos voyages.”

groupe gens évènement table
Événement organisé par Marc et Julie au Travel Hub Paris

 

 


Tendances et liens

Transport

Les voitures autonomes: déjà en cours

Les voitures solaires: demande une amélioration des batteries de stockages et du rendement des panneaux solaires mais possèdent quelques projets existants

L’energie cinétique: Quelques projets existants, à développer

Trouver une place de parking: On peut imaginer qu’une I.A. pourra facilement se connecter à une application et automatiser le processus. L’application sera plus facilement mise à jour dans les villes que les villages.

 

Travail

Travail à distance: en net progression. Il parait facile de deviner les métiers qui seront touchés mais les relations humaines (physiques) sont encore très importantes pour avancer dans des projets de groupes.

Le statut juridique et l’harmonisation: Il y a probablement quelque chose à faire au niveau européen.

L’argent:

Le blockchain et les monnaies numériques: “promise” à un avenir radieux

 

Voyage

Les expatriés: Une communauté qui est importante mais qui va devenir plus visible.

Les influenceurs instagrams: ils possèdent des communautés de followers sur les réseaux sociaux et sont donc considérés comme des influenceurs.

Voyageurs nomades: ils gagnent leurs vies grâce à leurs voyages.

Connectivité:

 

N’hésitez pas à partager vos commentaires pour que je puisse améliorer ces articles.

À la prochaine !

Hello world

Bonjour tout le monde,

Je m’appelle Cédric Fettouche et aujourd’hui je me lance en écrivant ce premier article!
Pour m’introduire brièvement je suis designer global et tout juste diplômé en stratégie du design. Ayant fait mon master à IED Madrid je vis actuellement en Espagne et m’apprête donc à « rentrer dans la vie active » dès le mois prochain. Je travaille déjà en freelance mais passer le cap des études est un changement en soi.

Pourquoi un blog? De quoi vais-je parler?

Si j’ai passé cette année à étudier la stratégie du design c’est parce que je me suis rendu compte de la mauvaise compréhension du design dans le monde de l’Entreprise. Je souhaitais donc remédier à ce problème en apprenant les méthodes liées au business pour pouvoir mieux communiquer les enjeux de mon métier. Mais je me suis aussi vite rendu compte d’un autre problème plus important: les valeurs et principes que j’ai apprises à l’école concernant entre autre les facteurs environnementaux et sociaux étaient presque inexistantes des agences de design actuelles. Leurs méthodologies courtermistes fondées sur le temps et l’argent ne leurs permettant de répondre qu’à la principale question venant de la part des clients:  « comment vendre plus? ».

Du coup j’ai passé cette année à essayer de créer une méthodologie efficace qui inclurait les valeurs importantes de notre monde et qui serait gagnante-gagnante: pour les entreprises, les designers et surtout la planète. J’en suis arrivé à faire une recherche sur l’état du design avec des notions plus ou moins connues: « approche holistique », « design systémique », « cathedral thinking »,…

Opoiesis: qu’est-ce que c’est ?

Pour les besoins de mon master j’en suis arrivé à créer une entreprise du nom d’Opoïesis. Une entreprise qui aiderait ses clients à entrevoir les opportunités sur le long terme et à définir une stratégie, un plan pour atteindre ces objectifs. Et qui dit long terme dit forcément développement d’une pensée sur les enjeux mondiaux actuels.

Using our systemic analysis and our network of experts, we strategize a well thought-out blueprint of long term opportunities for a better common future.

Mais le but premier de cet article est le suivant: de quoi vais-je parler sur ce blog? Je pense que cela sera varié avec pour dénominateur commun le design. J’aimerais écrire sur des sujets très variés qui pourraient faire connaitre le design, amener de l’inspiration aux designers mais aussi parler de sujets d’actualités. Et pour vous donner un exemple je vais commencer immédiatement en vous expliquant le nom de ce site internet: Opoïesis.

Opoïesis vient du mot autopoïese (se dit autopoiesis en anglais) qui vient du grec et signifie « se produire soi-même ». C’est la capacité d’un système à se produire en permanence et en interaction avec son environnement, en contenant tout ce dont il a besoin pour maintenir sa propre structure, identité et processus.

L’exemple le plus connu est la mitose: lorsque une cellule se divise en deux cellules identiques. C’est le commencement de la vie.

Une vision, des valeurs

Le but d’Opoïesis étant de propager une vision, une identité personnelle au travers des projets fait avec ses clients ou au travers de ce blog. D’interagir avec son environnement sans pour autant se laisser influencer par les tendances et autres visions à court termes que l’on considérerait en opposition avec les challenges de notre société actuelle.

Voilà pour la définition et la fin de ce premier article,

Du coup je vous souhaite la bienvenue sur ce blog, j’espère que cela vous a plu, n’hésitez pas à me contacter et à bientôt!