Hackathons are perfect events for young designers

This article isn’t about explaining what is a hackathon, you can check online. This article is simply some feedback and tips gathered along the way. It follows a previous article explaining Pasarán, the project our team built. You can find many more articles online: here, here, here and here. So this will be shorter to not be redundant.

“Why are you writing one more article then?” Well, I have things to say, don’t cut off my motivation.

For real, these articles are interesting to read but are mostly from an American perspective: fancy hackathons with hundreds of people, dozens of teams (sometimes professional teams traveling around)… in Europe it’s more hackatoons. Too sarcastic?

Okay, I want to write this article for two reasons:
– First I want to focus on junior designers. You need to learn as soon as possible to express your ideas, reinforce your character, argue (for the good reasons) and show what design really stands for.
– Second, because Techfugees is much better than any hackathon sponsored by Google or Facebook. You see, hackatoons can be better. Be aware of it and push your social consciousness and human-centered approach to any similar events. Again, show what design really stands for.

1. Be open

These events are great practice for junior designers because too often you lack diversity at school or at work. Use this opportunity to meet and connect with people you’re not used to talking with.

Get your assumptions ripped-off by diversity.

Successful or not isn’t the most important here but if at the end of the day you even have the opportunity to start a viable project with a diverse team, then it’s only beneficial.

2. Be ready, do your research

2.1 Your plus-value

Don’t get fooled, hackathons aren’t places to run brainstorming sessions for hours. It’s more of a start-up culture: find a problem; use technology as a solution; create a minimum viable product; get feedback. If it bites, if it’s viable, if it’s scalable, you win.

So if the event didn’t invite users to share their experience, and experts to share their knowledge, it becomes difficult for the participants to come up with meaningful ideas in such a short time. So many times I have seen a jury saying “your project is like this other project” (aka the umpteenth “app for travelers”). People easily jump over the brainstorming and pick a simple idea without taking the time to do a basic online research. Maturation is key but maturity you can’t in 48 hours.

Therefore designers have a great card to play because they can deliver valuable in-depth users-oriented ideas.

I will insist on this: do not build a new app for travelers.
Instead, have a look at these 17 SDG goals and try to solve an issue that makes sense. Only pick one or two: we all want to save the planet and the people but you’ll lose yourself if it’s too broad. Focus on a level that you know: generally a local, regional or national level depending on the expertise that you have available. If it works on that level then, and only then, think about scalability.

2.2 Do your research at home

Do your research about the event, the schedules, the sponsors, the people, … Any insight is good to take.

But most important do your brainstorming before the event. It might be just about writing a list of ideas on paper and talking with friends. Pick only one idea and keep the others in your pocket.

Prepare an “elevator pitch” to present your idea in less than a minute.
If you have never been to this event, don’t overthink too much about how you will present your idea: it might be on a stage, it might be just by rising hands, you may have one sentence, you may have 2 minutes… you never know, so don’t add stress to yourself.

2.3 Do your research at the event

Now you’re at the event. Don’t be late. You might talk to the organizers before to see how they want people to share their ideas. It might give you some extra time to think about it. But in an idea of fairness, they might not say it.

You might as well try to sense what are the main professions around you. Don’t be surprised if you’re the only designer (I truly wish I am wrong but we are generally a minority. It’s a shame).

Side note: networking begins when you walk towards someone, reach out to greet with a handshake and say your name. Don’t sit on the side. If it’s difficult, find someone who also came alone (hint: you already have a common story to share).

3. The event

3.1 Share your idea

Your moment will be during the introduction, just after the sponsors’ presentation. They will ask people to share their ideas.

I would generally go last. It gives me some extra-time to adapt to the presentation rules of the organizers. It also allows me to adapt and pick another idea from my brainstorming if someone presented a similar idea. Or I would go first if nobody seems motivated for the talk.

If you don’t perform there, if you don’t show your “plus-value” of being a designer, then be ready to be “the designer who can make fancy presentations” for the next two days.
(Disclaimer: you will have to do it anyway.)

So stay calm, be confident and present your idea. Take it as a good exercise. Here are two ways you can do it:
– Be creative: you have a stage? Have fun and play your act. People are generally attracted by human beings more than by ideas. Did you stand out from the crowd? People will come to you.
– Be professional: implement an idea on the listener’s mind. State your idea, why it’s good, how it works, the skills you have, the skills & people you need. Be clear, efficient and show your motivation to tackle meaningful challenges.

Presenting an idea doesn’t enforce you to follow that idea later on. You can easily drop it for another group that seems interesting to work with (we designers are also curious but remember, not for the traveling app).

I even forgot to write "pushback".
3.1 Getting your team

This part is generally similar between the different events: you will have to write your idea on a paper, stick it on a wall and everybody will vote with stickers for their favorite ideas. The X best ideas will get picked up depending on the number of participants.

Don’t overthink the text. People heard you already, they know the idea. I once took so long to write, that other teams had already picked up their teams. Fail. Instead, write a sentence and a few key points and start talking with people.

We, designers, generally love our ideas. That’s not how it works. By talking with people I don’t mean fighting for your idea but rather trying to see how their ideas could be implemented to your idea so it becomes a real project with a team. Be open-minded and make the people feel included. There will be time to reframe after, just be sure to have an efficient and diverse team.

Be aware, I have seen team leaders negotiating to get a skilled-person into their teams, be ready for confrontation.

4. Conclusion

I could talk about your important role at facilitating teamwork and get your team on track with small exercises such as design sprint; and about the importance of designing a presentation with a great narrative. But those things would just dilute the important first part.

I cannot stress this enough. This is going to be quick. These 10-20 minutes are important. Do you know the “I should have said/done this” moment? Stay silent all along and you will feel it deep inside you. That’s fine, it’s not going to kill you. You are learning.

Dix astuces pour créer un emballage facilement recyclable

Dans la vie de tout les jours nous sommes tous des consommateurs d’emballages (packaging) et même si nous préférerions faire sans, il nous apparait difficile de nous en débarrasser. Aujourd’hui un article pour les designers qui souhaitent agir pour une optimisation du recyclage.

Généralement en plastique, en papier ou en verre l’utilité d’un emballage est de faciliter le transport, la conservation et l’information (présentation en rayon de supermarché). Qu’il soit sous forme de contenant ou de protecteur son utilité doit cependant être mise en contraste avec son impact sur l’environnement qu’il faut essayer de réduire: on parle d’écoconception.

Les 10 astuces de designer pour faciliter le recyclage des emballages

Faciliter la vie des citoyens

1 Utiliser des composants d’emballages facilement séparables.

Étiquettes, bouchons et autres composants utilisent des matériaux différents. La conception idéale d’un emballage contraint l’utilisateur à séparer les composants après avoir utilisé le produit.
Pour faciliter le recyclage, vous pouvez inclure différents symboles sur votre emballage.

2 Les larges contenants doivent être pliables.

Que ce soit pour faciliter le processus de recyclage (dans les poubelles dédiées) ou simplement pour réduire le volume total des déchets.

Les emballages en plastique et métaux, et les boites ne doivent pas excéder les 30 centimètres de diamètre.

Le papier et les cartons doivent mesurer moins de 100cm x 13cm.

 

Être sûr que l’emballage puisse être classifié et recyclé proprement

3 Utiliser des matériaux compatibles

Les emballages et composants (étiquettes, bouchons, joints, …) doivent être fait avec des matériaux compatibles:

matériaux compatibles recyclage
Les différentes abréviations sont des types de plastiques.

Voici un document pdf sur les emballages perturbateurs du recyclage: lien

4 Utiliser des matériaux de densités différentes

Pendant le processus de recyclage des plastiques, la séparation se fait via un processus de flottation/décantation. Par conséquent, la densité des matériaux utilisés pour les différents composants doit être différente de celle de la partie principale (le corps).

densité plastique recyclage

5 Étiquettes: recouvrent moins de deux tiers de l’emballage

Dans les usines automatisées, un système de séparation optique classifie les emballages plastiques par matériaux. Si l’emballage est couvert à 67% ou plus d’étiquettes alors l’emballage sera classifié en se basant sur le matériau de l’étiquette.

Si l’objet ne vous permet pas de modifier la quantité d’étiquette alors il peut être intéressant de suivre  ces suggestions:

  • Utiliser une étiquette faite avec le même matériau que l’emballage.
  • Utiliser une étiquette d’une densité différente de celle de l’emballage.

6 Les couleurs foncées interfèrent avec la classification

Le noir ainsi que les couleurs foncées interfèrent avec la classification automatisée de l’emballage. Cela arrive car ils absorbent la lumière émise par le capteur optique utilisé pour séparer les emballages.

 

Autres aspects à considérer pour améliorer la recyclabilité des matériaux

7 Il est préférable de choisir un emballage sans couleur qu’un emballage coloré. Avec les emballages PET, il est préférable d’utiliser un emballage translucide ou transparent plutôt qu’un emballage opaque.

Les matériaux recyclés obtenus grâce aux contenants opaques ou sombres ont moins d’applications finales possibles que ceux obtenus grâce aux contenants transparents ou translucides. Il en résulte une valeur marchande inférieure.

De plus, quelques additifs utilisés pour obscurcir la couleur des emballages peuvent perturber les procédés de fabrication de certains produits (comme les bouteilles) obtenus grâce au recyclage de plastique PET.

8 Utiliser de l’encre qui ne fait pas partie de la liste Eupia

Les composants retrouvés dans les encres utilisées pour colorer un emballage peuvent contaminer les matériaux recyclés, empêchant ainsi leur utilisation pour la fabrication de certains produits. Par conséquent il est important que les composants de ces encres n’apparaissent pas sur la “liste d’exclusion pour les encres d’impression” créée par l’association européenne d’encre d’impression (EUropean Printing Ink Association).

9 Utiliser des adhésifs solubles dans l’eau à 85 ° C ou des adhésifs thermofusibles solubles dans des alcalis.

Les adhésifs non-solubles peuvent affecter les matériaux recyclables avec des contaminants,  puisqu’ils ne sont pas enlevé lors des traitements de lavage effectués lors du processus de recyclage.

10 Dès que possible, évitez l’utilisation de silicone.

Le silicone, de part ses caractéristiques, peut adhérer aux matériaux recyclés, limitant ainsi son utilisation dans certaines applications.

Note: Ne pas réussir à suivre les 10 recommandations n’implique pas une non-recyclabilité de votre emballage. Cela signifie simplement que votre emballage pourrait, d’une manière ou d’une autre, interférer dans le processus de recyclage actuel. N’hésitez pas à vous renseigner en ligne pour plus de détails et d’informations spécifiques à votre projet.

 

11 Bonus: Faites vos recherches!

Cet article a été traduit d’un document créé par Ecoembes, c’est une organisation basée en Espagne qui a recyclé 1.3 millions de tonnes d’emballage en Espagne en 2016. Il faut savoir que la réglementation varie sur plusieurs niveaux: européen, national, communal et qu’il est donc primordial que vous fassiez vos recherches sur les différents devoirs et obligations que vous avez en tant que designer (ou en tant qu’entreprise).

Par exemple, et pour vous mettre un peu sur la voie, voici quelques liens (ca bouge vite et dans le bon sens donc gardez un œil sur l’actualité):

info tri point vert
Si l’info-tri est d’échelle nationale, il peut arriver qu’une commune ait des consignes différentes d’où l’intérêt de se renseigner sur internet en fonction de votre lieu d’habitation. Par exemple un centre de tri possédant des machines plus performantes peut décider d’accepter les barquettes et films plastiques normalement refusés: exemple du SMITRED Ouest d’Armor.

 

12 Le bonus consommateur: “faut-il recycler cet emballage, oui ou non ?”

Une fois sur deux on se demande dans quelle poubelle il faut mettre un emballage. Si malgré les symboles présent sur l’emballage vous avez un doute, Ecoemballages vous met à disposition une plateforme pour savoir quel emballage (précis) va dans quelle poubelle, comment recycler en fonction des règles de votre commune et où déposer vos déchets près de chez vous.

Cette plateforme est également disponible sous forme d’application mobile!

Le guide du tri – plateforme et application mobile .

 

13 Le bonus réflexion: ne pas utiliser d’emballage ?

La question de l’emballage est un problème réellement complexe qu’il faut étudier avec précision car chaque cas est particulier. Il convient de ne pas se laisser avoir par la forme et de bien étudier le fond du problème: ce n’est pas parce que vous utilisez du papier à la place du plastique que vous faites un geste pour l’environnement!

L’impact que vous aurez dépendra de votre analyse faite sur le cycle de vie de votre produit et l’analyse des différents participants qui interviennent tout au long de ce cycle de vie (exemple: est-ce que votre imprimeur respecte le point n°8 sur l’utilisation d’encres, etc).

 

Enfin j’aimerais terminer en disant que si la plupart des designers ont été briefé sur les enjeux environnementaux: les dangers et les opportunités (même financières); ce n’est pas forcément le cas de tout le monde. Il est donc de notre devoir de faire le premier pas en essayant d’introduire, étape par étape, des solutions. Il faut que ces solutions soient visibles quotidiennement pour que les gens puissent accueillir cela comme une transition saine et viable. Quitte à se voir refuser la solution une centaine de fois (ce qui n’est pas plaisant), celle-ci fera malgré tout son bout de chemin dans l’esprit des personnes concernées et peut être que la cent-unième fois sera la bonne.

Il faut du changement mais personne n’a dit que cela serait facile. Plus vous aurez l’habitude de vous battre pour vos idées et plus vous maitriserez cette compétence et serez à l’aise face à ce type de conflit: faire une analyse correcte en amont, savoir écouter et identifier les problèmes des clients, trouver les bons arguments et les bonnes idées, …

On verra prochainement l’économie circulaire et quel impact a le recyclage dans cette nouvelle économie.

Courage!

PS: si vous souhaitez plus de détails je viens de trouver un pdf sur le site de l’Adelphe avec des recommandations et même des fiches recyclabilités rangées par matériaux: allez jeter un coup d’oeil!

 

 


Restez en contact avec Opoiesis

Abonnez-vous pour recevoir par mail la newsletter. Opoiesis respecte votre vie privée: votre mail n'est utilisé que pour la newsletter et de façon modérée.