Hackathons are perfect events for young designers

This article isn’t about explaining what is a hackathon, you can check online. This article is simply some feedback and tips gathered along the way. It follows a previous article explaining Pasarán, the project our team built. You can find many more articles online: here, here, here and here. So this will be shorter to not be redundant.

“Why are you writing one more article then?” Well, I have things to say, don’t cut off my motivation.

For real, these articles are interesting to read but are mostly from an American perspective: fancy hackathons with hundreds of people, dozens of teams (sometimes professional teams traveling around)… in Europe it’s more hackatoons. Too sarcastic?

Okay, I want to write this article for two reasons:
– First I want to focus on junior designers. You need to learn as soon as possible to express your ideas, reinforce your character, argue (for the good reasons) and show what design really stands for.
– Second, because Techfugees is much better than any hackathon sponsored by Google or Facebook. You see, hackatoons can be better. Be aware of it and push your social consciousness and human-centered approach to any similar events. Again, show what design really stands for.

1. Be open

These events are great practice for junior designers because too often you lack diversity at school or at work. Use this opportunity to meet and connect with people you’re not used to talking with.

Get your assumptions ripped-off by diversity.

Successful or not isn’t the most important here but if at the end of the day you even have the opportunity to start a viable project with a diverse team, then it’s only beneficial.

2. Be ready, do your research

2.1 Your plus-value

Don’t get fooled, hackathons aren’t places to run brainstorming sessions for hours. It’s more of a start-up culture: find a problem; use technology as a solution; create a minimum viable product; get feedback. If it bites, if it’s viable, if it’s scalable, you win.

So if the event didn’t invite users to share their experience, and experts to share their knowledge, it becomes difficult for the participants to come up with meaningful ideas in such a short time. So many times I have seen a jury saying “your project is like this other project” (aka the umpteenth “app for travelers”). People easily jump over the brainstorming and pick a simple idea without taking the time to do a basic online research. Maturation is key but maturity you can’t in 48 hours.

Therefore designers have a great card to play because they can deliver valuable in-depth users-oriented ideas.

I will insist on this: do not build a new app for travelers.
Instead, have a look at these 17 SDG goals and try to solve an issue that makes sense. Only pick one or two: we all want to save the planet and the people but you’ll lose yourself if it’s too broad. Focus on a level that you know: generally a local, regional or national level depending on the expertise that you have available. If it works on that level then, and only then, think about scalability.

2.2 Do your research at home

Do your research about the event, the schedules, the sponsors, the people, … Any insight is good to take.

But most important do your brainstorming before the event. It might be just about writing a list of ideas on paper and talking with friends. Pick only one idea and keep the others in your pocket.

Prepare an “elevator pitch” to present your idea in less than a minute.
If you have never been to this event, don’t overthink too much about how you will present your idea: it might be on a stage, it might be just by rising hands, you may have one sentence, you may have 2 minutes… you never know, so don’t add stress to yourself.

2.3 Do your research at the event

Now you’re at the event. Don’t be late. You might talk to the organizers before to see how they want people to share their ideas. It might give you some extra time to think about it. But in an idea of fairness, they might not say it.

You might as well try to sense what are the main professions around you. Don’t be surprised if you’re the only designer (I truly wish I am wrong but we are generally a minority. It’s a shame).

Side note: networking begins when you walk towards someone, reach out to greet with a handshake and say your name. Don’t sit on the side. If it’s difficult, find someone who also came alone (hint: you already have a common story to share).

3. The event

3.1 Share your idea

Your moment will be during the introduction, just after the sponsors’ presentation. They will ask people to share their ideas.

I would generally go last. It gives me some extra-time to adapt to the presentation rules of the organizers. It also allows me to adapt and pick another idea from my brainstorming if someone presented a similar idea. Or I would go first if nobody seems motivated for the talk.

If you don’t perform there, if you don’t show your “plus-value” of being a designer, then be ready to be “the designer who can make fancy presentations” for the next two days.
(Disclaimer: you will have to do it anyway.)

So stay calm, be confident and present your idea. Take it as a good exercise. Here are two ways you can do it:
– Be creative: you have a stage? Have fun and play your act. People are generally attracted by human beings more than by ideas. Did you stand out from the crowd? People will come to you.
– Be professional: implement an idea on the listener’s mind. State your idea, why it’s good, how it works, the skills you have, the skills & people you need. Be clear, efficient and show your motivation to tackle meaningful challenges.

Presenting an idea doesn’t enforce you to follow that idea later on. You can easily drop it for another group that seems interesting to work with (we designers are also curious but remember, not for the traveling app).

I even forgot to write "pushback".
3.1 Getting your team

This part is generally similar between the different events: you will have to write your idea on a paper, stick it on a wall and everybody will vote with stickers for their favorite ideas. The X best ideas will get picked up depending on the number of participants.

Don’t overthink the text. People heard you already, they know the idea. I once took so long to write, that other teams had already picked up their teams. Fail. Instead, write a sentence and a few key points and start talking with people.

We, designers, generally love our ideas. That’s not how it works. By talking with people I don’t mean fighting for your idea but rather trying to see how their ideas could be implemented to your idea so it becomes a real project with a team. Be open-minded and make the people feel included. There will be time to reframe after, just be sure to have an efficient and diverse team.

Be aware, I have seen team leaders negotiating to get a skilled-person into their teams, be ready for confrontation.

4. Conclusion

I could talk about your important role at facilitating teamwork and get your team on track with small exercises such as design sprint; and about the importance of designing a presentation with a great narrative. But those things would just dilute the important first part.

I cannot stress this enough. This is going to be quick. These 10-20 minutes are important. Do you know the “I should have said/done this” moment? Stay silent all along and you will feel it deep inside you. That’s fine, it’s not going to kill you. You are learning.

Hackathon with Techfugees & Diginauts

Last Friday I was finishing my first hackathon with Techfugees and Diginauts in Copenhagen. Such events are really good for meeting people with similar values and motivations but coming from different backgrounds. That diversity generally brings awesome results. I will present to you the work we’ve done after 48 hours of work.

The project: Pasarán

To directly jump on the project we worked on, and technology oblige for a hackathon, I present you the app Pasarán. Its goal is to help people documenting their journey while crossing borders to save proofs in case of a pushback.

The speech

1. Introduction

In July 2019, a Croatian police officer sent a letter to the local Ombudsman stating that he performed pushbacks at the border on more than 1000 people. This whistleblower brings a well known but poorly documented topic: pushbacks within the EU and its borders.

A pushback is literally when someone who just crossed a border is being forced to return, and therefore is denied of they right to apply for asylum. The legal term, more broad, is refoulement. 

It’s illegal.

To bring back some context, the last two months more than 20000 persons crossed the Greek border to get in the EU (source). That’s 358 persons a day.

PS: We won’t give global Mediterranean numbers as so many people died in Central Med without us knowing about, that the statistic would be way too far away from the truth.

On the other side, and within the same timeframe, more than 500 people got illegally pushback in the Balkan region (source)… and that’s only for the few we know thanks to the work of Borderviolence.eu.

It means that right now, while you’re reading these lines, this violence may be happening in the EU.

2. Pasarán: what is it?

Pasarán will do its best to help the people victim of human rights abuses at the borders by collecting evidence in a secure and encrypted way.

We reflected a lot about a way-around to this challenging collecting data’s topic. We tried to keep Do No Harm standards as high as possible, caring about data-privacy and trying to prevent any “edge cases” that could harm.
 

We came with one idea: the data collected from one individual’s phone will be encrypted and sent to a unique chosen trustee like a family member or a close friend. Once the journey is completed and depending on the issue, the person chooses to keep or erase the encrypted file.

 
Therefore we are not running a centralized database; the data isn’t stuck on one traveler’s phone (which might get destroyed by the authorities), and the receiver cannot read the encrypted file avoiding misuses.
2. How does it work? Introduction

The process works like this:
– A four slides onboarding helps to choose a language, describes what is the app about, how to use it, and explains important notions such as data-privacy and legal rights of the user.
– The person is invited to write the phone number of one trustee and create a password.
– The trustee receives an invitation to download the app and is invited to send a confirmation back directly from the app (public key get exchanged at the same time).

3. How does it work? The D day

– When the important day arrives, the person turns on the app. It shows a simple black interface with only vital info to reduce the battery’s consumption. A first location is sent. Note that no other coordinates will be sent until the border is crossed or the emergency button is pressed to avoid memorizing a precise traveling path.

4. How does it work? The border

– Once the border is crossed the phone vibrates to inform the user. A location and timestamp is sent to the trustee and can be used later as proof that the person crossed the border.
– If the area seems safe, it’s time to collect evidence: a bus stop, a bar, a car, a river, … Lawyers told us photos are good proof that someone was in a country, therefore, we implemented a shortcut to access the camera. Everything is immediately encrypted and transferred to the trustee.

– It’s advised during the training to NOT use the phone in case of pushback to avoid physical violence from the “refoulers” therefore we implemented an emergency button. In case of fear of pushback, the user can triple-tap the sound button of they phone which will activate in the background the audio recording and send a last-known location to the trustee. The phone should stay in the pocket during this operation.

5. How does it work? After

– Once the travel is done and depending on the outcome, the person can choose to keep the data or erase the data. The user can download the encrypted file and access all the evidence by using the unique password.
– Depending on the issue, the app might redirect the users to competent actors that will advise them on the legal procedure or following steps.

6. Conclusion
If the app can bring evidence of pushback and help legal cases of an individual, these evidence collected can also be used by the full group who faced the pushback. Therefore if Pasarán is downloaded on one single phone it can already support a large group of people.
 
In terms of scalability, this project can connect with an existing growing community of human rights monitoring grassroots NGOs and bring awareness around this topic. When you present during a hackathon, you also have to talk about feasibility as a team: skills, partners, sponsors, … I won’t do it here but so you know.
 
In the end, another great project won. Our audience, made of academics in migration, and the jury received this project so positively that we took it as a great reward. It also opened doors to the incubator and different interesting communities. We are now working on it to see where it could lead. Give us your insights and motivation in the comment! 😉
 

I prepared an article about the hackathon itself and how to get ready as a designer, stay tuned!

Dutch Design Week 2019 in Eindhoven

This week I went to the Dutch Design Week. Every year, it’s the perfect moment to discover the creative community from the Netherlands and specifically from Eindhoven. This year, I was curious to discover all the social design from the Master of the Design Academy Eindhoven.
I will make a quick resumé of a few projects that came out during this visit.
 

Graduation show

Those “electrical parasites” created by Yiqian Bao -that reminds me the replicants from Stargates SG1- are objects designed to collect and convert heat waste energy into free power that can be used to charge various devices. It’s also a way to visualize this unseen waste and inspire manufacturers to improve their products.

The cookie network” by Niek van Sleeuwen is a simple addon that helps people visualize the hidden infrastructure that enables companies to track them with cookie technology.

 “Bend the rules, stretch the norm” is an interesting project questionning the use and ownership of public space. After leaving an unrideable bike mounted with a small hut on top of it, the experience went one. The construction stayed there and people started to live inside which created interesting interactions. But the bicycle got removed by the authorities as soon as the guests tried to rainproof the hut with a tarpauline, meaning that the bike became too shady and therefore visible to the ones “in charge” of the public space. The bike was tolerated three weeks.
 
 A project from June Park questionning the use of media and the narratives around North Korea and internet. In the Western world, North Korea is both seen as the top of the notch in hacking and as a third country barely having access to internet and laptops. After doing researches she even realized that the same unrelated pictures were used for both narratives on articles.
 
 
 

On the next building we could find the last projects from Foundation We Are, a group of alumni from Design Academy Eindhoven questionning societal issues. Their last project invited visitors to send a letter to the newly elected members of the European Parliament. The letter reminds to the members their role of designing the EU, while doing advocacy for the value and impact design has for governmental systems.

Antenna Expo

The Antenna expo showcased the “world’s best design graduates”. Generally reluctant to this kind of title, I was finally happily surprised when discovering the projects.

“When No One Believes You” is a kit assistant for raped victims created by Antya Waegemann. It includes six different design interventions for use by victims, nurses and police. The end goal is to increase report rates and improve the experience of having to use a rape kit. The project also reminds that “in the US someone is sexually assaulted every 92 seconds, and only 30% of sexual assault victims report the crime”.

department for inclusive education

Department For Inclusive Education (DFIE) by Jack Newbury seeks to create inclusivity and equality in sexual education with his Inclusive Sexual Education kit that tackles the heteronormativity that surrounds sexual education.

New materials

Eindhoven often showcases projects around materials: new materials, bio-materials, reused material, … and this year again the thematic is bringing our imaginary to a more sustainable future.

“Saatgutkonfetti” are compostable confettis carrying more than 26 native seeds of grasses, herbs and flowers.

Some projects show the potential of mycelium, like the growing pavilion. These living materials have a much faster regenerating rate which make them quite an interesting when it comes to future thinking.

Another project tried to reuse the infamous bauxite/red mud that comes from the alumina industry. We can find a lot of it in South of France (called “boues rouges”) and the website reminds us that 150 million tons are produced every year. A reminder that every material, specially waste materials, have characteristics that might be good for a specific use.

There were much more work of course, feel free to visit the Dutch Design Week program if you are more curious.

Sinn Aesthetik​

I appreciated a lot the creativity and innovation of Sinn Aesthetik:
– The development of biodegradable new materials from food wastes by Youyang Song to produce leather-like materials that provide similar toughnesss, durability and water resistance while also providing various manufacturing options.

– A printing machine by Madeleine Marquardt which uses light as a drawing tool for patterning on textiles (picture).

Driving Dutch Design

Few profiles were presented by the Driving Dutch Design 2019. I appreciated the interesting and sometimes playful projects.
-The research on textile made by Marije Hester.
-The Boeteburger project created by studio Marc (picture).
Textile fibers

Talks

DDW talks social design
During this time I also had the opportunity to listen talks around social design and future living. It was a good moment to discover a living community with similar values and interests -which is not always the case.
On top of my head I am thinking about The yellow spot doing critical design about the lack of public toilets for women in the Netherlands; Reframing studio; The beach pushing forward to “work with” and not “work for”; The Spindle; as well as many interesting people.
 
In conclusion it reassured me that the Netherlands is a step further when it comes to social design and I am continuying my journey around the country to discover more about it.

Aller sur le terrain: le bénévolat comme manière d’apprentissage

Aujourd’hui j’ai reçu un mail d’une étudiante en design qui, après avoir lu mon article sur Lesvos, souhaitait en savoir plus: “on nous demande toujours d’aller sur le terrain pour notre veille mais au final on y passe deux heures, on va sur internet et ça n’est pas un réel contact avec l’usager ou la cible”.

Début octobre, j’étais à l’école The SDS, à Nice, pour présenter aux étudiant·e·s mon expérience internationale: promouvoir l’Erasmus et les échanges internationaux mais également parler de mon expérience de bénévolat qui s’est transformé en travail dans l’humanitaire. En tant que designer je me suis amusé à redéfinir le sujet et présenter une liste de règles, tirées de mon parcours, qui pourraient être utiles aux étudiant·e·s actuel·le·s. Je vais essayer de développer cela dans cet article.

Mike Monteiro – être un designer

Pour faire ces quelques règles je me suis inspiré de Mike Monteiro et de sa conférence déjà présentée dans cet article. Au-delà de ses propositions, j’aime son caractère tranchant couplé à une certaine bienveillance.

 

Sans rentrer dans les détails de cette liste on remarque deux thèmes:
 

– Les designers ne doivent pas se laisser faire. Pour cela ils doivent connaître leur métier, leurs utilisateurs et savoir argumenter.

– Les designers doivent savoir travailler en groupe: comprendre, échanger, partager, accepter, défendre.

L’idée que j’en ressorts en présentant cette slide est que les étudiant·e·s en design doivent être beaucoup plus proactif·ve·s.
Si l’école est là pour enseigner le design, l’école ne peux pas tout enseigner: le travail en entreprise, en freelance, l’aspect administratif, financier, stratégique, le développement d’une carrière et, le sujet du jour, le travail de terrain (liste probablement non-exhaustive) sont des sujets trop peu développés dans les salles de classe.

Être un designer étudiant à l’étranger

Cette liste a été faites spécialement pour la présentation. Elle n’a pas prétention à représenter une recherche quelconque. L’idée principale qui en ressort pourrait être “comment profiter au maximum de son expérience à l’étranger? “.

1. L’age n’a pas d’importance

Quand j’étais étudiant, je me rappelle des premiers cv et lettres de motivations: “designer de 19 ans, …”. Soyons clair, cela n’a aucune importance. Point. Vous ne verrez pas un senior designer dire “designer de 54 ans, …”. Montrez votre professionnalisme en évitant ce genre de détails. Quand on est à l’étranger on doit souvent se présenter, changez sur des sujets plus intéressants que votre age.

2. Soyez proactif·ve, optimiste et prêt·e à dire oui

La motivation n’est pas seulement nécessaire pour soi-même mais également pour les autres. Si on sait que vous êtes une personne toujours motivé·e alors on viendra plus facilement vous voir pour proposer une idée ou un projet. De plus vous serez plus facilement au bon endroit au bon moment.

Je raconte peu d’histoires mais j’aime bien celle-ci: lorsque j’étais jeune, je jouais aux cartes avec mes grands-parents. Parfois je gagnais et j’étais content, parfois je perdais et je devenais triste; mais à chaque fois que je jouais j’avais l’impression d’être soit super-chanceux soit extrêmement malchanceux… comme si le “dieu des cartes” était avec moi ou contre moi.
Un jour j’ai fait un test: même en ayant de mauvaises cartes je resterai joyeux et reconnaissant d’avoir ces mauvaises cartes. Ce fût un succès. J’étais capable de perdre beaucoup moins souvent et parvenais même à gagner avec des cartes moyennes. Ce que j’avais réalisé à ce moment là c’est qu’il n’y a pas de dieu des cartes… c’est simplement une question de comportement: lorsque l’on est joyeux et optimiste, on est prêt à voir des opportunités; restez pessimiste et vous raterez toutes ces opportunités. La chance n’est pas due au hasard, c’est l’optimisme qui amène la chance (la conclusion est généralement la suivante: ne jouez pas aux cartes avec moi).

Cela m’a fait penser à cette vidéo:

//www.youtube.com/watch?v=VqEK2vhs4w8

3. L’école est là pour vous aider, faites les travailler

Vous êtes motivé·e? Montrez votre motivation à l’administration. Allez les voir une fois par semaine s’il le faut, qu’ils apprennent à vous connaître et comprennent votre réelle motivation. Ces gens voient des étudiant·e·s tout les jours, alors démarquez-vous. C’est seulement de cette manière que vous recevrez une vrai aide personnalisée. Tellement d’étudiant·e·s de mon master sont passé·e·s à coté d’un Erasmus par manque de consistance auprès de l’administration car oui c’est bien à vous de faire le premier pas et comprendre le potentiel de votre école.

L’école est l’endroit idéal: les échanges à l’international, l’Erasmus, les stages, les workshops avec des entreprises, les voyages, les visites, les professeurs, les césures, … toutes ces activités et ces personnes sont de potentielles opportunités pour vous développer.

4. Construisez une liste d’opportunités

Après mon Master j’avais en tête différentes voies: stage, bénévolat, freelance, doctorat, contrat VIE, et ce dans différents pays d’Europe. Avoir cette liste en tête m’a permis de saisir des opportunités au moment même où elle se présentaient (et avant que quiconque ne puisse les saisir).

Avoir quelques idées en tête c’est aussi s’être renseigné sur le niveau de vie dans un pays, les valeurs d’une entreprise, le profil des employé·e·s sur Linkedin, … être préparé tout en restant flexible pour pouvoir dire “oui” au bon moment.

Quand j’ai fait mon Master2, c’était sur un “coup de chance”. J’ai participé à un concours à la dernière minute et j’ai reçu la bourse d’étude. Ca c’est la version courte. La version longue dirait entre autre que je connaissais déjà l’école, que je l’avais en tête depuis longtemps même si j’en n’avais jamais parlé. J’avais même déjà vu le concours avant mais ne pensais pas pouvoir gagner. C’est une tournure négative des évènements ainsi qu’un orgueil d’optimisme qui m’ont poussé à candidater.

5. Apprenez et tirez-en des conclusions

Gagnez en maturité: après chaque expérience essayez de voir comment cela vous a influencé sur votre vision du design? Ayez conscience de ce que vous apprenez pour pouvoir observer votre progression.

Par exemple après avoir fait mon premier stage dans une grande entreprise, je me suis rendu compte que le monde de l’Entreprise ne connaissaient rien au design. Du coup j’ai fait un Master 2 en stratégie du design. Puis durant ce Master2, je me suis rendu compte du manque de prise de position des agences de design, face à leurs clients, concernant l’environnement et le social. Du coup j’ai créé Opoiesis et décidé de faire du bénévolat pour développer mes connaissances de terrains et mes valeurs afin de faire valoir des idées radicalement -au sens strictement- positives. De fil en aiguille j’aperçois un parcours et des idées qui me reflètent et m’aident à définir mon futur.

6. Vous n’êtes pas unique

Avec la verve de Mike Monteiro, l’unicité que j’essaie de faire valoir avec cette règle se situe au niveau de l’expérience professionnelle (et non pas de l’individu). Je m’explique, vous avez beau avoir vécu une expérience unique en Erasmus par rapport à vos camarades qui sont resté·e·s à la maison, il n’en reste pas moins que l’employeur, sur le marché du travail, va recevoir une multitude de CV avec la mention “Erasmus”… et pour cette personne la destination n’aura que très peu d’importance.

C’est la manière dont vous allez raconter cette expérience qui la rendra unique.

7. Prenez des notes, des photos et -surtout- des mesures

Il y a deux manières de présenter ses travaux. La première c’est au travers de son portfolio et son CV. Prenez des notes et des photos pour pouvoir documenter et présenter vos projets. Mais c’est la deuxième manière qui est peut-être la règle la plus importante de cet article: mesurez votre travail et l’impact de vos projets.

Exemple

Durant mon bénévolat j’ai fait cette carte regroupant toutes les ONGs présentes sur l’île:

 

Accéder à la carte sur Opoiesis

Imaginez que je mette cette carte sur mon portfolio avec un petit texte explicatif que personne ne lis. Un employeur ne verra que l’aspect graphique du projet. Il pourra critiquer ou encenser la disposition des cases, les couleurs choisies, le nombre de cases. Il pourra même critiquer le travail: “c’est illisible”, “je n’aime pas”. Maintenant ajoutez à cette carte ceci: “carte recensant plus de 115 services et ONGs à Lesvos et ayant reçu +6600 vues, +600 téléchargements et 30 partages en 7 jours. Sur les 44 commentaires, seulement 4 commentaires pour corriger/ajouter de l’information”.

En 5 mesures, vous venez de montrer que vous êtes un travailleur de terrain, minutieux et efficace, que les gens ont apprécié votre travail, qu’il y a eu un impact, que vous avez su trouver le bon moyen de communication et donc que vous avez compris et résolu à votre manière un problème important en ayant une vision globale d’un problème en apparence complexe. Plus important encore vous venez de montrer l’intérêt du design auprès de n’importe quelle personne non-initiée au design.

En mesurant votre travail vous lui donnez de la valeur.

8. Amusez-vous, voyagez et découvrez

Car cela reste le principal. Développez une certaine curiosité de l’environnement et des gens qui vous entourent.

9. Trouvez LE sujet qui vous empêche de dormir

Ces dernières règles sont plus tournées vers le bénévolat.

On aime dire des designers qu’ils sont des “creative problem solvers” mais il y a une immensité de problèmes à résoudre sur cette planète. La solution n’est pas de tout prendre à bras le corps, au contraire.

Un conseil

Relisez les 17 Sustainable Development Goals et trouvez le problème qui vous tient à cœur et vous empêche de dormir/vous motive à agir. Pour certain·e·s ce sera les réfugié·e·s, pour d’autres ce sera les sans abris, pour d’autres l’environnement, … Regardez l’actualité récente pleine de sujets révoltants, lequel de ces sujets vous énerve le plus? C’est celui-là.

Une fois le sujet définit, choisissez l’endroit (le pays, la ville, le quartier) et cherchez une ONG, une asso, un groupe de gens ayant cette même vision. Trouvé? Alors agissez! Devenez acteur·ice et essayez d’apporter du changement. Votre vision des choses et vos capacités en tant que designer pourrait apporter ces améliorations tant espérées par ces personnes. En choisissant LE sujet qui vous tient à cœur cela apportera en vous un grain de motivation supplémentaire qui fera toute la différence.

L’activisme deviendra un véritable atout, bien plus important que l’Erasmus de votre ami·e. Et c’est là que se trouve la principale différence entre les activités scolaires et le bénévolat: l’école vous fait faire “de la recherche de terrain”, tel un outil de designer servant à récolter des feedbacks ou observer des comportements; tandis que le bénévolat va complètement changer votre manière de voir les choses en tant qu’être humain. En retour, votre maturité s’en trouvera grandit et se retranscrira dans vos projets, vos valeurs et votre argumentaire.

10. Cultivez vos valeurs et vos arguments – Les designers argumentent

En participant à des projets qui vous tiennent à cœurs vous développez un réseau dans le domaine qui vous plaît, vous lisez des articles et êtes à jour des évènements récents, vous développez un esprit critique -en essayant de rester objectif- et devenez actif·ve au sein d’une communauté. Vous rencontrez des gens, apprenez de leurs vies, de leurs problèmes, vous vous attachez émotionnellement et cela se verra dans vos arguments, vos présentations, vos réalisations; parce que cela signifiera beaucoup de choses pour vous. Cela deviendra une évidence. Je ne pourrais pas défendre de la même manière un discours pro-réfugié si je n’avais pas vécu tout ces moments émotionnellement chargées à Lesvos. C’est impossible.

“Le design, s’il veut assumer ses responsabilités écologiques et sociales, doit être révolutionnaire et radical. Il doit revendiquer pour lui le principe du moindre effort de la nature, faire le plus avec le moins”.

Viktor Papanek

Si beaucoup de monde, en tant que citoyens, sont prêt·e·s à agir pour un monde meilleur mais que ces valeurs s’évanouissent dès qu’ils·elles retournent au travail (“car au final il faut payer le loyer”) alors l’impact sera forcément nul une fois mis dans la balance. Si vous souhaitez réellement améliorer les choses alors il faut que cela se fasse également dans votre travail pour avoir ce que j’appelle un impact positif radical.
Si c’est ce que vous souhaitez alors le bénévolat peut ancrer certaines valeurs au plus profond de vous. Ces valeurs et cette attitude qui en ressortira vous aideront à argumenter et à faire bouger des montagnes, même dans votre travail.
Alors passez le cap, si vous avez un peu de temps je vous conseille de passer au moins un mois. Mais j’essaierai de donner quelques conseils sur comment trouver et démarrer son bénévolat dans un prochain article.
 

Le design éthique radical

“Design éthique radical”, voilà trois mots riches de sens qui mis bout à bout donne un sujet très intéressant qui se développe de plus en plus dans notre société. Il m’apparait cependant difficile de donner un point de vue personnel sur ce sujet complexe qui manque encore de repères. Du coup je commencerai cet article en présentant des acteurs qui participent ou participaient à la démocratisation du design éthique. De cette manière vous pourrez vous faire votre propre idée sur le sujet et je reviendrai prochainement pour développer le fond de ma pensée

Dieter Rams – Les principes du bon design

Dieter Rams

Je commence avec un designer célèbre pour ses dix principes qui concernent principalement le design produit. Cette liste créée dans les années 70 est connu et bien qu’elle ne concerne pas directement le design éthique elle apporte une notion “d’honnêteté envers l’utilisateur” que l’on pourrait rapprocher de notre sujet du jour. Pour ceux qui ne connaitraient pas la liste, la voici:

  • Le bon design est innovant.
  • Le bon design rend un produit utile.
  • Le bon design est esthétique.
  • Le bon design rend un produit compréhensible.
  • Le bon design est discret.
  • Le bon design est honnête.
  • Le bon design est durable.
  • Le bon design est approfondi, jusque dans les moindres détails.
  • Le bon design est respectueux de son environnement.
  • Le bon design est le minimum de design possible.

Victor Papanek – Design pour un monde réel

Victor Papanek

De la même époque que Dieter Rams, Victor Papanek est peut-être légèrement moins connu dans les pays francophones mais ses travaux et ses idées sont pourtant précurseurs dans le monde du design. Son livre écrit en 1971 nous parle de sujets plus vivants que jamais: environnement, social, obsolescence, militantisme, design honnête, biomimétisme, … un livre à lire et à relire.

“Le design, s’il veut assumer ses responsabilités écologiques et sociales, doit être révolutionnaire et radical. Il doit revendiquer pour lui le principe du moindre effort de la nature, faire le plus avec le moins”.

« Le design ne serait en aucun cas être un job ; c’est une façon de regarder le monde et de le transformer.”

Aral Balkan – Cyborg rights activist

Plus récent, Aral Balkan est un activiste déterminé, son combat? Redonner le pouvoir aux citoyens face à ces technologies remplies de datas. Pour cela il a créé, entre autres, un schéma du design éthique pour le numérique.

design éthique aral balkanCe schéma ainsi que sa vision est expliqué dans cette courte vidéo à suivre mais vous pouvez également accéder à ses conférences ici et ici, très intéressantes:

Geoffrey Dorne – Design & Human

Geoffrey Dorme

Geoffrey Dorne est un designer graphique reconnu en France, il est notamment le créateur du blog graphism.fr, qui évolue de manière naturelle au gré de ses découvertes. Sa société Design & Human est quant à elle un exemple de design éthique radical. Je vous conseille d’aller faire un tour sur la page “About” ainsi que découvrir ses projets et conférences. Voici la liste de ses principes:

  • Tout acte de design est un acte de sens, d’intentions.
  • La forme produite est la résultante de ce sens.
  • L’innovation n’est pas technologique, elle est sociale.
  • Le design est un métier de responsabilités et d’éthique.
  • Un produit doit être compris par son utilisateur, non l’inverse.
  • Le design ne peut être source de plaisir et d’humanité que s’il est libre et fondé sur la véracité.
  • Le design est à l’attention de chacun alors qu’il s’adresse à tous.
  • Le designer doit orienter son travail, doit refuser certaines choses.
  • Ce n’est pas parce que c’est technologiquement possible qu’il faut humainement le faire.
  • Le design est centré sur l’humain avant d’être centré sur le produit.

Mike Monteiro – designer de caractère

Mike Monteiro est une de ces personnes qui dit ce qu’il pense et heureusement pour nous le design et l’éthique sont deux de ses sujets favoris. Je vous laisse découvrir sa conférence (à partir de 34min) ainsi qu’un article plus orienté sur l’éthique et traduit sur graphism.fr:

Leyla Acaroglou – pensée systémique et changement par le design

Leyla Acaroglou

Leyla Acaroglou est une provocatrice qui essaie de changer le “statuquo”. Designer et sociologiste, elle a créé la méthode de design disruptif qui, au-delà du “buzzword”, est une méthode qui apporte une vision systémique pour aider à créer des solutions qui ne seront plus les problèmes de demain. Ses livres sont également intéressants de par son approche à l’humain: biais cognitifs, neurochimie (hormones), cerveaux, comportements sociaux, interrelations … Conférencière, sa vidéo la plus connue nous invite à repenser le folklore environnemental avec une simple question: “Le papier est-il mieux que le plastique?“. Si l’environnement et la vision systémique semble être ses sujets de prédilections, l’éthique apparait néanmoint lors de conférences ou d’articles.

Ne pas participer au débat est tout autant un accord implicite pour maintenir le statu quo.

James Auger – designer critique et spéculatif

James Auger

Au travers de cet article (Re-contraindre le design) j’ai découvert James Auger et ses “artefacts critiques et spéculatifs” qui nous font nous questionner sur les technologies existantes et leurs évolutions dans un futur proche. Ses projets et pensées apportent donc un point de vue particulier à l’éthique des designers (voir le documentaire en fin d’article).  Blog: Crap futures

The Greater Good Studio – soyez un optimiste enervé!

The Greater Good est un studio de design stratégique, basé à Chicago, avec un objectif clair et unique d’innovation sociale. Ils participent au développement de cette vision en collaborant avec quiconque souhaite en apprendre plus sur le sujet: leur page pinterest recense une centaines d’entreprises (la plupart américaines) ayant des valeurs similaires, la rencontre mensuelle par vidéoconférence, leur méthode pour choisir s’ils doivent ou non accepter un client (que je vous ai traduit ci-dessous) et enfin une vidéo très intéressante également ci-dessous.

The greater good studio liste

Ethics for Design – le documentaire

En 2017 a été publié ce documentaire sur l’éthique du design où 12 designers discutent de l’impact du design sur nos sociétés et sur le rôle que devraient avoir les designers concernant l’éthique du design. On retrouve notamment Geoffrey Dorne et James Auger. Vous pouvez regarder la vidéo ci-dessous ou bien aller sur la version interactive.

J’espère que cette découverte vous aspirera à agir et promis je travaille sur un article pour expliquer plus en détail mon point de vue et pourquoi le design éthique doit être radical.


Articles connexes: