Définition du design? Comment expliquer son métier?

Depuis que j’ai commencé mes études dans le domaine du design j’ai entendu une quantité indescriptibles de définitions du design, et à chaque fois que je dis que je suis designer je dois expliquer ce que c’est. Vous êtes designer? Je suis sûr que cette description vous semble familière.

Je ne vais pas passer en revue toutes les définitions mais je vais essayer de donner quelques perspectives concernant les bonnes et mauvaises coutumes que j’ai pu expérimenter ou entendre:

La version brouillon: “alors par où commencer? hmm alors le design, c’est un peu de tout mais pas seulement, comment dire …”

Je pense qu’il vaut mieux préparer quelque chose sachant que c’est une question qui revient fréquemment. Si notre explication est confuse alors la personne ne comprendra rien.

La version melon: “Tout ce que tu vois autour de toi, tout les objets ont été fait par des designers.”

Alors non, par définition tout objets créés n’a pas été créé par un designer: les ingénieurs, les artisans pour ne citer qu’eux sont aussi des créateurs d’objets. De plus cette phrase tends à dire que le design n’est qu’une notion d’esthétisme.

La version grand angle: “Je trouve des solutions aux problèmes.”

Souvent relié à l’anglais “creative problem solver” c’est une définition courte et efficace… enfin presque car finalement la plupart des métiers sont basés sur l’idée de trouver des solutions à des problèmes: un scientifique, un politicien, un docteur pourrez vous dire la même chose concernant son métier.

La version complexe: “Alors le design qu’est-ce que c’est? Je vais commencer par l’histoire du design, pour développer sur les méthodes et valeurs actuelles, et enfin terminer par …”

Pas la peine de faire un cours sur le design ou sur votre profession, vous risquez de recevoir un “Ah, intéressant!”… preuve que la personne aura tout oublié dans les cinq minutes.

La version scribe: “Le design est un processus intellectuel créatif, pluridisciplinaire et humaniste, dont le but est de traiter et d’apporter des solutions aux problématiques de tous les jours, petites et grandes, liées aux enjeux économiques, sociaux et environnementaux. […] (AFD)”

Si vous êtes étudiant en design et que vous avez un examen, c’est probablement la définition que l’on attends de vous. Autrement cela sera rarement votre phrase d’accroche pour expliquer votre profession.

La version rigoureuse: “Le design c’est cinq étapes: analyse, définition, idéation, prototypage et réalisation.”

Les étapes du design thinking sont une bonne étape pour montrer une démarche globale qui n’est pas focalisée sur le produit en soit mais bien sur une réflexion, une démarche basée sur un contexte spécifique et des gens uniques.

La version pratique: expliquer un ou deux projets que l’on a fait par le passé.

Généralement cela montre un problème, une réflexion puis une solution (plus ou moins créative mais toujours intelligente) qui fait comprendre la manière de penser d’un designer et donc d’une certaine manière, son travail, son essence.

 

Alors comment faire?

En tant que designer, on est souvent d’accord sur plusieurs points:

  • Il faut être court et éviter les monologues.
  • Il faut que la personne comprenne ce que l’on dit: que ce soit un enfant, un adulte, un pdg ou un boulanger. Il faut donc pouvoir adapter sa définition en fonction des connaissances de la personne.
  • S’adapter au contexte: une soirée, une conversation, un dîner. Chaque contexte amène, généralement, une approche différente.

Finalement, vous me direz “okay, comment faire donc?” Bien entendu tout le monde à sa propre solution, personnellement quand on me demande en quoi consiste être designer je réponds toujours par “qu’est-ce que le design selon toi?” et en fonction de la réponse j’adapte ma définition, cela a plusieurs avantages:

  • Construire sur une connaissance existante pour être sûr que la personne se souviendra de ma version.
  • Pouvoir adapter sa définition: si la personne me réponds ” le design c’est la forme, l’esthétisme” alors je développerai sur la réflexion, l’analyse.
  •  Pouvoir s’adapter aide également à garder la définition courte, on évite de répéter ce que la personne connait déjà.
  • Personnellement cela me permet de comprendre ce que les gens pensent du métier de designer et cela amène de manière naturelle une discussion.
  • Et puis c’est une manière qui montre notre créativité et notre écoute, deux notions essentielles pour nous tous designers.

Bien entendu c’est une manière de faire que je pratique en ce moment mais qui évoluera probablement dans le temps, je souhaitais simplement la partager avec vous et peut-être partagerez-vous votre technique dans les commentaires:

Vous êtes designer? Comment introduisez-vous votre métier?

Vous n’êtes pas designer? Qu’est-ce que le design ou le métier de designer selon vous?

A bientôt!

Les hyppies – White Mirror #1

Dans un contexte assez particulier j’ai voulu commencer cette petite série que j’ai appelé “White mirror”. Pour les connaisseurs vous aurez bien entendu remarqué la référence à la série Black Mirror de Charlie Brooker qui a pour but de montrer les dérives inattendues (et mauvaises) que pourraient avoir les nouvelles technologies sur les êtres humains. Ainsi je commence la série White mirror: des articles (inventés) qui parleront des nouvelles technologies pour un futur optimiste ! Le but étant de partager des tendances, des visions, des idées sans visions négatives. Libre à vous de continuer l’histoire ou de faire votre critique dans les commentaires.

 

Hyppies: voyageurs et travailleurs ?

Marc et Julie sont un de ces couples qui travaillent depuis plusieurs années tout en parcourant le monde. Ils sont les précurseurs d’une communauté que l’on surnomme les “Hyppies”. Nous les interviewons lors d’un rassemblement unique au Travel Hub de Paris.

Qui sont les hyppies ?

“Le mot a été créé par les médias et vient de la contraction de hype et hippie, en référence à nos vans, mais nous sommes de simples voyageurs et gagnons notre argent en travaillant, comme vous.”

van Volkswagen autonome électrique
Le premier van autonome de Volkswagen reprenant les lignes du fameux VW combi a probablement inspiré ce surnom.
Pouvez-vous vous présenter, que faites-vous dans la vie ?”

“Ma femme, Julie, est télésecrétaire pour un cabinet médical en France. Moi je suis designer graphique pour une agence en Allemagne. En dehors de ça nous tenons un blog et organisons des évènements, comme aujourd’hui. On adore rencontrer des gens, partager nos expériences et nos spots de voyages.”

Du coup tout se fait à distance? Ce n’est pas trop difficile comme choix de vie ?

“Non pas du tout, nous travaillons avec des horaires aménagés, nous sommes en permanence connectés et nous avons beaucoup moins de frais qu’avant. Au départ, il y a eu un petit temps d’adaptation car nous n’avions plus de domicile fixe ce qui a pu poser quelques problèmes administratifs. Nous étions à la limite de la légalité. Mais maintenant avec la crypto-monnaie et le nouveau statut fiscale européen (ndlr: permets aux hyppies de payer un impôt européen avantageux sans posséder d’adresse physique) nous pouvons voyager plus sereinement en Europe. Nous avons un peu remis au goût du jour le terme gens du voyage.”

En parlant de voyage pouvez-vous nous présenter votre van ?

“Oui, nous avons fait le choix du van ACE, qui est donc 100% Autonome, Connecté et Électrique. Ce fut un achat important pour notre confort au quotidien. Comme la majorité des voitures il est autonome mais l’I.A. (ndlr: Intelligence artificielle) a été programmé spécialement pour les voyageurs. Par exemple avant d’aller nous coucher nous cherchons sur Google Earth un beau panorama dans un périmètre allant jusqu’à 200 km, programmons la destination et avons le droit, tout les matins, au réveil, à un paysage différent, c’est magique !”

mitchcox van voyage vue
Marc et Julie au Portugal le mois dernier.
Oui nous avons vu les photos sur votre compte Instagram. Une question qui revient souvent, concernant l’autonomie d’énergie, vous n’avez jamais eu de problèmes ?

“Non, pas vraiment. Le squelette externe du van capte et stock l’énergie du soleil et l’énergie cinétique du van nous offre une bonne autonomie globale même avec une utilisation intense de nos outils électroniques. Le plus embêtant reste l’eau mais l’I.A. corrige nos itinéraires en fonction de tout ces besoins. Nous sommes déjà parti en voyage sans ravitaillement pendant une semaine quand nous étions en Inde: avec une consommation minime de notre électricité et avec le système de filtre d’eaux usés, ce n’était pas si compliqué.”

GMC PAD camping car futur
Un véritable studio sur roues.
Quand est-ce que vous avez conduit pour la dernière fois ?

(Rire) “C’est assez rare finalement. Nous préférons la nature où il est facile pour le van de se garer et nous devons parfois aller dans des grandes villes où tout est automatisé. Les seuls fois où nous devons conduire c’est pour indiquer à l’I.A. une place de parking dans les petits villages qui ne sont pas automatisés. C’est vrai que du coup nous les évitons un peu plus.”

Du coup aujourd’hui, nous sommes réunis à Paris pour cet évènement que vous organisez avec le Travel Hub Paris, allez-vous dormir dans votre van ?

“Non en effet lorsque nous sommes dans des grandes villes nous varions les plaisirs. Nous sommes membres du Travel Hub ce qui nous offre déjà beaucoup de lieux où vivre à travers le monde. On peut se donner rendez-vous avec d’autres hyppies tout en sachant que nous auront le droit aux mêmes services quelque soit la ville: chambres privatives, cuisines, internet rapide, espace de coworking, architecture unique. Il suffit de voir où nous sommes actuellement (ndlr: maison du XIXème siècle aménagée sur 4 étages avec du mobilier contemporains).

Du coup ce matin nous nous sommes réveillés en dehors de la ville pour notre déjeuner, puis sur le trajet nous avons répondu aux mails, organisé le déroulé de l’évènement. Maintenant nous profitons de vous tous et ce soir nous dormirons ici, dans une des chambres disponibles, avant de repartir demain matin probablement vers la Suède.”

chambre
Une des nombreuses chambres disponibles pour ces locataires en transit.
Et bien merci d’avoir pris le temps de répondre à nos questions, nous suivrons vos aventures en ligne !

“Merci à vous, vous êtes tous les bienvenues aux Travel hubs en espérant vous croiser au fil de nos voyages.”

groupe gens évènement table
Événement organisé par Marc et Julie au Travel Hub Paris

 

 


Tendances et liens

Transport

Les voitures autonomes: déjà en cours

Les voitures solaires: demande une amélioration des batteries de stockages et du rendement des panneaux solaires mais possèdent quelques projets existants

L’energie cinétique: Quelques projets existants, à développer

Trouver une place de parking: On peut imaginer qu’une I.A. pourra facilement se connecter à une application et automatiser le processus. L’application sera plus facilement mise à jour dans les villes que les villages.

 

Travail

Travail à distance: en net progression. Il parait facile de deviner les métiers qui seront touchés mais les relations humaines (physiques) sont encore très importantes pour avancer dans des projets de groupes.

Le statut juridique et l’harmonisation: Il y a probablement quelque chose à faire au niveau européen.

L’argent:

Le blockchain et les monnaies numériques: “promise” à un avenir radieux

 

Voyage

Les expatriés: Une communauté qui est importante mais qui va devenir plus visible.

Les influenceurs instagrams: ils possèdent des communautés de followers sur les réseaux sociaux et sont donc considérés comme des influenceurs.

Voyageurs nomades: ils gagnent leurs vies grâce à leurs voyages.

Connectivité:

 

N’hésitez pas à partager vos commentaires pour que je puisse améliorer ces articles.

À la prochaine !

Hello world

Bonjour tout le monde,

Je m’appelle Cédric Fettouche et aujourd’hui je me lance en écrivant ce premier article!
Pour m’introduire brièvement je suis designer global et tout juste diplômé en stratégie du design. Ayant fait mon master à IED Madrid je vis actuellement en Espagne et m’apprête donc à « rentrer dans la vie active » dès le mois prochain. Je travaille déjà en freelance mais passer le cap des études est un changement en soi.

Pourquoi un blog? De quoi vais-je parler?

Si j’ai passé cette année à étudier la stratégie du design c’est parce que je me suis rendu compte de la mauvaise compréhension du design dans le monde de l’Entreprise. Je souhaitais donc remédier à ce problème en apprenant les méthodes liées au business pour pouvoir mieux communiquer les enjeux de mon métier. Mais je me suis aussi vite rendu compte d’un autre problème plus important: les valeurs et principes que j’ai apprises à l’école concernant entre autre les facteurs environnementaux et sociaux étaient presque inexistantes des agences de design actuelles. Leurs méthodologies courtermistes fondées sur le temps et l’argent ne leurs permettant de répondre qu’à la principale question venant de la part des clients:  « comment vendre plus? ».

Du coup j’ai passé cette année à essayer de créer une méthodologie efficace qui inclurait les valeurs importantes de notre monde et qui serait gagnante-gagnante: pour les entreprises, les designers et surtout la planète. J’en suis arrivé à faire une recherche sur l’état du design avec des notions plus ou moins connues: « approche holistique », « design systémique », « cathedral thinking »,…

Opoiesis: qu’est-ce que c’est ?

Pour les besoins de mon master j’en suis arrivé à créer une entreprise du nom d’Opoïesis. Une entreprise qui aiderait ses clients à entrevoir les opportunités sur le long terme et à définir une stratégie, un plan pour atteindre ces objectifs. Et qui dit long terme dit forcément développement d’une pensée sur les enjeux mondiaux actuels.

Using our systemic analysis and our network of experts, we strategize a well thought-out blueprint of long term opportunities for a better common future.

Mais le but premier de cet article est le suivant: de quoi vais-je parler sur ce blog? Je pense que cela sera varié avec pour dénominateur commun le design. J’aimerais écrire sur des sujets très variés qui pourraient faire connaitre le design, amener de l’inspiration aux designers mais aussi parler de sujets d’actualités. Et pour vous donner un exemple je vais commencer immédiatement en vous expliquant le nom de ce site internet: Opoïesis.

Opoïesis vient du mot autopoïese (se dit autopoiesis en anglais) qui vient du grec et signifie « se produire soi-même ». C’est la capacité d’un système à se produire en permanence et en interaction avec son environnement, en contenant tout ce dont il a besoin pour maintenir sa propre structure, identité et processus.

L’exemple le plus connu est la mitose: lorsque une cellule se divise en deux cellules identiques. C’est le commencement de la vie.

Une vision, des valeurs

Le but d’Opoïesis étant de propager une vision, une identité personnelle au travers des projets fait avec ses clients ou au travers de ce blog. D’interagir avec son environnement sans pour autant se laisser influencer par les tendances et autres visions à court termes que l’on considérerait en opposition avec les challenges de notre société actuelle.

Voilà pour la définition et la fin de ce premier article,

Du coup je vous souhaite la bienvenue sur ce blog, j’espère que cela vous a plu, n’hésitez pas à me contacter et à bientôt!